Education

Mieux accueillir des premières années en lycée professionnel à Paris

L’intervention d’ADC dans le lycée Galilée

 

« Tu dois pas baisser les bras » dit la seule fille d’un groupe de vingt adolescents. « Il y aura des moments de faiblesse, – reprend un jeune garçon avec les cheveux noirs et bouclés – mais nous resterons positifs ». « Il faut savoir trier les bonnes et les mauvaises informations pour réussir » dit un dernier qui déclenche l’applaudissement de ses camarades. Le sujet en discussion : comment trouver un stage en étant lycéen et, une fois adulte, un travail ?

Nous sommes dans le XIIIe arrondissement de Paris, un matin d’automne, au lycée Galilée. Dans cet établissement de petite taille, qui propose trois parcours de formation technique dans le numérique et la prothèse dentaire, les cours ne se déroulent pas comme d’habitude ce matin. Animés par des conseillers en formation et insertion professionnelle de l’Association Dialogues Citoyens, les groupes d’élèves suivent des ateliers qui clôturent trois journées d’intégration avec l’intervention d’ADC.

Dans les jours qui ont précédé cette dernière séance, les élèves ont activement participé à différents types de rencontres proposées et animées par ADC, une association forte de son expérience de plus de 7 ans dans des expérimentations pédagogiques avec l’Education Nationale sur plusieurs départements.

La semaine avait commencé avec plusieurs ateliers. Un atelier d’expression tenu par des comédiennes-formatrices, afin d’explorer à travers des jeux théâtraux la relation entre la collectivité et soi-même. Un autre atelier, « Témoignage », était tenu par le président d’une association engagée dans la lutte contre les discriminations. Un atelier dit « Parole d’élève » avait comme but de favoriser et de développer les capacités relationnelles et l’expression orale. Enfin, un atelier de conclusion sur le projet personnel a permis de travailler avec l’ensemble des classes (au nombre de trois), sur la question de la recherche de stages en fin d’année, un moment essentiel dans leur programme de formation.

Cette intervention d’ADC dans le lycée Galilée, qui précédait une première intervention avec les mêmes caractéristiques dans le Lycée Guimard, à Paris également, avait comme but d’accompagner les établissements dans la prolongation de l’accueil des élèves. Ces rencontres avaient aussi pour ambition d’établir une mise en confiance des élèves dans la construction de leur projet professionnel et personnel.

Durant ces trois jours, les élèves ont suivi les ateliers attentivement et avec intérêt, grâce à l’implication des équipes pédagogiques et de direction, qui ont accompagné les séances avec les intervenants d’ADC. Enfin, c’est grâce à l’appui de la Préfecture de Paris que cette expérimentation, étalée sur plusieurs jours et pilotée par le Rectorat, a pu avoir lieu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Banlieues, Education

Gérer ses émotions à l’école maternelle

La journée commence très tôt, peut-être avec la lecture d’une histoire ou avec un petit jeu pour retrouver l’atmosphère de l’atelier précédent. Juste une court moment de préparation avant d’entamer l’atelier prévu pour la matinée.
Nous sommes à Montreuil, dans l’école maternelle Henri Wallon, où l’association Dialogues Citoyens est en train de terminer un projet pilote avec les touts petits : éduquer à la découverte des émotions et à leurs gestions.

Pendant 2 mois, les ateliers se sont enchainés pour développer l’expression des émotions, à travers les techniques du théâtre, la communication  nonviolente, l’usage du corps et la valorisation de chaque enfant dans ses spécificités.
Animés par une formatrice spécialisée et un comédien expérimenté dans le travail avec les enfants, les petits ont voyagé à travers les émotions, leurs découvertes et compréhension.

Dans un des ateliers, par exemple, dont l’activité principale est organisée sur une durée maximale de 30 minutes pour s’adapter au jeune public, les enfants se sont amusés à décorer des masques blancs avec les couleurs de l’émotion qu’ils ont choisie. Ils ont joué avec la compréhension des émotions et leurs intensités dans une dynamique collective.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce projet pilote a été positif à tous points de vue, et ce résultat nous incite à le renouveler à la rentrée et à le proposer à d’autres établissements scolaires.

Immigration

Projet Mineurs Non Accompagnés 2016/2017

dsc02659

Depuis l’année dernière, ADC fait parti d’un projet du CASNAV de l’Académie de Paris pour la scolarisation de Mineurs Non Accompagnés (MNA). Les mineurs sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 18 ans, confrontés à des difficultés d’adaptation au milieu scolaire et plus largement à l’environnement social.

Pendant l’année 2015/2016, le projet a eu comme objectif de contribuer à l’amélioration de la prise en charge initiale des MNA par l’institution scolaire. Il s’agissait de participer à l’accueil fait par le CASNAV, dans le cadre d’une journée de rencontre et d’information, avec des interventions d’ADC, avant leur affectation dans les classes.

Pour la rentrée 2016/2017 l’enjeu est plus important pour ADC, car nous allons continuer à participer à la journée d’accueil en tant que partenaire associatif, mais également, ADC travaillera en partenariat avec les équipes enseignantes avec des outils de théâtre et de médiation culturelle pour améliorer leur adaptation au exigences scolaires. Cet apport vise à améliorer la réussite de la scolarisation et des apprentissages des MNA et l’installation d’une bonne atmosphère de travail dans les classes.

Aussi, ADC proposera à des professeurs prenant en charge les MNA des séances de réflexion dédiées à la gestion des conflits et des émotions, à fin de mieux contribuer à une prise en charge complète des MNA et des personnels qui accompagneront la scolarisation de ces jeunes.

Banlieues, Education, Semaine d'accueil

La semaine d’accueil 2016/2017

img_2497

Pour la rentrée 2016/2017, comme tous les ans depuis quatre années, Dialogues Citoyens a participé à la semaine d’accueil dans le Lycée départemental de l’enseignement professionnel Claude Nicolas Ledoux.
À notre intervention – qui se base sur les techniques propres au  théâtre – nous avons intégré cette année l’expertise de notre nouvelle collaboratrice Valeria Gambino, spécialisée en pédagogie « nonviolente » et gestion des conflits.

Tout au long de la semaine, l’équipe pédagogique et les intervenants associatifs ont organisé l’accueil des élèves, à travers des ateliers qui ont englobé la totalité des élèves concernés. Cela permet en effet de commencer l’année sur de bonnes bases, d’installer une bonne dynamique de groupe et de tisser un rapport de confiance avec le corps enseignant.

20160906_082135

 

Banlieues, Classes relais, Collaborateur/intervenant d'ADC, Education

Les Classes relais à la Villette

Nous avons expérimenté ces derniers mois un partenariat avec l’Association de Prévention du Site de la Villette (APSV), qui mène un projet d’éducation artistique et culturelle sur le site de la Villette. Ce dispositif s’insère dans le cadre d’une action que nous menons avec deux classes relais de la Seine-Saint-Denis et qui consiste à appuyer un programme pédagogique de douze semaines. A notre dispositif d’intervention habituel, basé sur le théâtre et les rencontres avec différents acteurs associatifs et de l’insertion, nous avons ainsi intégré un parcours culturel à la Villette.

Les élèves des classes Relais d’Aubervilliers et de Saint Ouen , avec le soutien des équipes des classes relais et des intervenants ADC, se sont rendus à la Villette pour participer à plusieurs activités proposées par les établissements culturels du site tout en étant accompagnés par l’APSV. Les parcours ont débuté avec une première rencontre de présentation des ateliers. Les élèves des classes relais ont pu ainsi découvrir la Villette, son offre culturelle, pénétrer les lieux dédiés aux professionnels comme, par exemple, la visite de la cabine de projection de la Géode ou de la cabine d’enregistrement de la Philharmonie.

Après cette présentation, les élèves se sont rendus à la Villette à plusieurs reprises entre fin mai et fin juin :

  • La première étape consistait en la découverte de la Géode, où ils ont assisté à une séance cinéma en 3D en plus de la visite de la cabine de projection.
  • Un cycle d’ateliers entrait dans le cadre d’un atelier vidéo conduit par Radio Télé la Villette : les jeunes ont appris à utiliser une caméra, à filmer et à interviewer les personnes rencontrées sur le site de la Villette.
  • Le dernier volet de ces parcours culturels avait pour but la découverte du SLAM, à travers un atelier que les élèves ont suivi à la Philharmonie, dans des salles d’enregistrement professionnel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.